Le barf est un mode alimentaire qui consite à nourrir le chien, notamment, à base d'os charnus crus, abats, un peu de légumes et fuits et divers compléments.

C'est, à mon sens, est le meilleur choix alimentaire pour mes chiens. C'est en principe l'avis de tous ceux qui l'ont adopté et qui ont pu en observer les bons résultats.

Pourtant le barf effraie les vétérinaires et nombre de personnes. On parle de "mode". Ce n'est pas une mode, c'est un "retour aux sources". Nourrir son chien tel un carnivore n'a rien de "nouveau".

Alors pourquoi cette mauvaise presse alors même que chacun est conscient de la malbouffe humaine qui ne peut que toucher également l'industrie pet food ?


Car le monde du barf est en proie à des dérives sectaires. Il doit sa popularité à ses résultats et ainsi il est principalement porté par des groupes de particuliers qui vulgarisent leurs connaissances et tentent de convaincre les hésitants, souvent sans aucune diplomatie, emportés par leurs convictions intimes et sans vraiment pouvoir correctement expliquer puisqu'ils ne sont pas scientifiques, même si certains ont de relatives connaissances. Le barf sera ainsi discrédité auprès des plus méfiants qui savent que l'alimentation canine est une science dont on n'a pas fait le tour, portée essentiellement par les études de l'industrie pet food. On peut aisément se perdre entre les deux clans ...

Le barf subit les méfaits de la théorisation à outrance alors même que sa théorie doit rester très simple : on reconstitue une proie et cela donne une ration avec certains ingrédients et ratios. 

La "prise de tête" éventuelle réside dans le calcul de la ration en fonction des morceaux de viande choisis.

Une fois le calcul fait pour la ration de son chien, les connaissances acquises en termes d'aliments à donner, c'est une alimentation on ne peut plus simple à appliquer. 

La marge de manoeuvre est souple et doit éviter les inquiétudes quand il manque tel ingrédient car l'équilibre est à appréhender à la semaine ou même au mois et non au quotidien. Néanmoins, il faut avoir conscience que des rations quotidiennes toujours déséquilibrées ne donneront jamais un équilibre au long terme.... 

Ensuite, approfondir le barf se borne à découvrir des compléments éventuellement nécessaires ou intéressants pour son propre chien.

 

Face à ce mode alimentaire simple, il y a tout de même des écueils lorsque notre chien souffre de pathologies chroniques, ou de maux ou problèmes divers. 

C'est là que la théorisation à outrance est malfaisante car les "barfeurs extrémistes" se déchaînentOn est à la frontière entre l'alimentation et la prescription médicale et les extrémistes ont du mal à accepter que des renseignements soient aussi à prendre auprès de la science vétérinaire ou tout simplement médicale ou nutritiveet en dehors de la théorie de la ration type barf, telle qu'ils l'ont lue ici ou là et parfois telle qu'ils l'ont retenue et déformée.


C'est quelque part pardonnable puisque peu de vétérinaires conseillent le barf...mais cela n'empêche pas l'absence de bon sens. 
Faut  il  rejeter toutes les connaissances en termes de pathologies et physiologie nutritive, digestive, chimie etc..alors même que ce sont des sciences distinctes de la simple alimentation ? Et se borner à la "théorie barf qui dit que" ? Exsite t'il une alimentation universelle ? Sans tomber dans l'excès marketing des différentes gammes de croquettes, on peut tout de même comprendre que certains problèmes donnent lieu à une diète spécifique, comme pour nous humains. On sait faire la différence entre médecins et diététiciens... 
Q'un chien nourri toujours au barf soit en meilleur santé, et de ce fait mange toute sa vie durant la même ration, que le barf résolve des tas de problèmes, je le crois.  Mais le chien qui a des problèmes  sous croquettes et qui passe au barf ne verra pas forcément ses problèmes résolus. Tout dépend de ses problèmes et c'est de l'inconscience que de balayer le questionnement que le maître doit avoir, au nom d'un esprit sectaire qui veut à tout prix convaincre au barf comme on vend un article. L'alimentation a des conséquences sur la santé donc tout mode alimentaire type a ses limites.

Dès que l'animal présente un soucis, il y a alors des difficultés possibles car cela exige bon sens, esprit critique et objectif dans l'appréhension des connaissances à avoir pour lui trouver la "bonne" ration barf. Or les conseilleurs "barf" ne sont pas des scientifiques spécialisés dans la digestion, la nutrition etc...et c'est là que la vulgarisation a ses limites, quand le "conseilleur barfeur" n'a qu'un but, convaincre à la théorie barf, remède miracle et universel.


J'en ai vécu un exemple au sujet de la "détoxination". Les débuts du barf sont parfois difficiles et les conseillers barfeurs rassurent les débutants sur ce point. C'est une bonne chose sauf si le chien ne supporte réellement pas cette transition pour x raisons. 
Les cas sont sans doute rares (ou pas d'ailleurs), mais on peut lire que certains abandonnent. Pourquoi abandonnent ils ? Car on ne leur conseille pas de sortir de la théorie barf, on s'acharne à faire attendre la fin de cette "détoxination". 
Je viens de lire le cas d'un chien sous barf depuis 6 mois et ayant la diarrhée depuis le début....Elle se pose la question d'abandonner..Je viens de me faire lyncher car je conseillais, outre certains conseils judicieux d'autres pers sur les aliments à choisir et certains compléments, d'ajouter un peu de céréales. Un lynchage pour 2 cuillères de céréales....
OUI le pur courant barf déconseille les céréales, OUI le chien n'a pas besoin d'un apport de glucides pour ses besoins de glucose OUI l'excés de céréales dans les croquettes est néfaste pour le chien, OUI quelque part le principe même du barf c'est de ne pas donner de céréales MAIS certains courants barf préconisent un trés faible pourcentage de céréales sans gluten, MAIS le chien ne sera pas mis en danger si on lui donne une quantité raisonnable de céréales tout comme il n'est pas en danger quand sa ration n'est pas équilibrée durant x jours....MAIS une flore intestinale perturbée met un temps infini à se rétablir MAIS l'important dans le cas de ce chien malade depuis 6 mois est d'endiguer sa diarrhée. Or OUI un apport temporaire de céréales peut l'y aider de façon efficace puisque cela a été le cas sur mes chiens, sur ceux d'autres barfeurs. 

Au sujet des légumes à apporter à la ration, je m'étais fait également lynchée car je donne un peu plus de légumes que la ration normale pour mes vieux chiens. J'estime qu'ils ont un besoin de fibres supérieurs. Leur gamelle n'est pas pour autant remplie de légumes ....J'ai été taxée de dangereuse car pour certains chiens l'excés de légumes pourraient être dangereux, un chien est un carnivore etc.......Je ne faisais pourtant pas du cas de mes vieux chiens une généralité et la surdose est moindre...

Ceci sont des exemple de déformation de la théorie barf par des esprits bornés.

Certains courants barf admettent l'ajout mesuré de céréales. On choisit d'être pour ou contre mais on ne peut pas dire qu'un peu de céréales soit une ineptie dans le barf, surtout quand elle est à vocation curative !
 
Dans le cas des légumes billhingurst lui même, fondateur du courant barf", conseille pour les vieux chiens un apport en fibres en fonction des besoins de leur transit, ce qui est une chose classique en alimentation. Il a du omettre cette précision dans ses articles largement divulgués pour que cette précision échappe aux "conseilleurs barfeurs" ...mais j'avais réussi à trouver cette précision dans un forum où il participait....

Combien de fois ai je lu au hasard de mes lectures sur les forums : si tu donnes cela, tu ne barfes pas. 


A chacun de chercher les bons renseignements, de faire les bons choix à titre individuel, en fonction de son ou ses propres chiens et de savoir RELATIVISER ce qui est important ou pas.

Le mode d'emploi du barf est simple, ne détournons pas sa simplicité vers les eaux troubles des dérives sectaires au moindre questionnement.


Rappelons nous qu'il n'y a jamais une seule vérité. Se fier à dame nature et à la reconstitution d'une proie est le bon sens pur mais le bon sens c'est aussi d'adapter une règle quand c'est nécessaire. Dame nature n'est pas que "juste", elle est aussi cruelle et ne tient pas compte pas des êtres faibles, malades. Pour eux c'est le bon sens de savoir adapter "la reconstitution d'une proie". Tout comme pour nous notre médecin nous conseillera un régime sans sel, sans sucre etc...